Stairway to Heaven
Highway to Hell


Partagez

William Collins - Touch him and I will end you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
William Collins
William Collins
ADMIN ☾ Vampire
William Collins - Touch him and I will end you Original
☾ Surnom : Will, ducon, bébé, ça dépend
☾ Âge : 651 ans (né en 1367)
☾ Messages : 459
☾ Arrivée : 25/09/2018
☾ ft. : Chris Evans
☾ Copyright : Avat : ROGERS. | Signature : moi
☾ Statut Civil : Fiancé à l'homme de sa vie, son âme soeur
☾ Avec : Isaiah Warren
☾ Multiface : Arès & Antanaziel
☾ Localisation : Winterville
☾ Métier : Galeriste / Chasseur de vampires
☾ Particularités : "Un vampire qui s'amourache de son bourreau, qui tue son créateur et qui chasse les siens... T'es vraiment taré." - Isaiah.
Cela résume assez bien William, un vampire ayant pour âme soeur un chasseur de vampire. Un vampire qui ne supporte pas sa propre espèce et les chasse avec plaisir. Unique cas chez les siens. Taré, sans doute, oui.

Message Sujet: William Collins - Touch him and I will end you William Collins - Touch him and I will end you EmptyDim 14 Oct - 16:54




William Collins

citation qui fait cool.

Salut à toi lecteur, je me nomme William Collins, mais on me surnomme parfois Will ou ducon selon mon homme. Je suis un vampire, j'ai été transformé. J'ai 651 ans et je suis né(e) le 13 mars 1367 à Londres, je suis originaire de l’Angleterre. Je suis actuellement Fiancé à mon âme soeur et je suis homosexuel, je me considère comme homme et mon pronom est il. Si tu me cherches, tu peux me trouver à Winterville. Je travaille comme Galeriste officiellement. Cette ville, je la découvre, j'y suis depuis peu de temps pour m'y installer, ce qui signifie que j'appartiens au groupe leaving my bag. Ne te fie pas à mes airs, j'ai quelque compétences et pas des moindres, je suis intelligent en plus des pouvoirs liés à ma nature, mais je ne suis pas parfait alors j'ai aussi mes faiblesses, qui sont d'être plutôt un solitaire et mon âme soeur. Ma plus grosse phobie est de perdre Isaiah mais je tire ma force de ma longue expérience et d'Isaiah. J'ai quelques particularités qui font de moi quelqu'un de différent, rien ne marque plus ma peau. J'ai des ennemis naturels, qui sont les lycans comme j'ai des alliés qui sont les sorcières et quelques fois les autres vampires sans oublier mon chasseur.

Si tu te demandes qui est mon avatar, il s'agit de Chris Evans et il a été crée par j'arrive pas à lire le copyright dessus. J'affirme avoir bien lu le règlement du forum et j'accepte le fait que mon personnage puisse être amené à mourir au cours du jeu.


William est un optimiste de nature et voit presque tout le temps les choses du bon côté, vu son âge en même temps, cela aide à ce qu'il soit ainsi. Il est quelqu'un d'amusant, on pourrait dire un bout-en-train, il a pratiquement toujours une connerie sur le bout des lèvres. Il adore aussi dédramatiser les choses même quand la situation ne s'y prête pas du tout. C'est un homme/vampire jovial, il a quasiment toujours un sourire sur les lèvres quand il ne rit pas à tout et n'importe quoi. Surtout à certaines réflexions ou insultes de son âme soeur.
Il est la majeure partie du temps calme et posé, ne semblant pas s'en faire pour quoi que ce soit, cela peut être aussi vrai que cela ne peut être qu'une apparence, qu'une façade. Une façade parce qu'il a appris il y a longtemps à se maîtriser, à avoir le contrôle sur lui-même pour ne pas laisser sortir la "bête", ne pas devenir sauvage et rester civilisé. Est-ce ce côté calme et posé ou est-ce sa carrure ou il ne sait quoi encore mais il est quelqu'un de rassurant,  quelqu'un d'apaisant aussi, surtout pour son fiancé et ça lui convient parfaitement. Il est quelqu'un d'intelligent, de cultivé qui a reçu une certaine éducation, même si on ne peut deviner son âge, on voit que c'est là, présent en lui quoi qu'il fasse.

Ce n'est pas pour autant que William n'a que des bons côtés, bien au contraire même. Déjà il dirait qu'il y a quelques années, il n'était loyal et fidèle à personne, il ne s'occupait que de lui. Maintenant il vous dirait qu'il n'est loyal et fidèle qu'à Isaiah et ça dans tous les sens de ces deux termes, par extension on peut dire qu'il le sera aussi envers Adam ou Shana mais rien de plus. En dehors, William est déloyal, il n'hésitera pas à manipuler les autres, à être fourbe avec eux et si ça concerne d'autres vampires c'est encore pire...il ne peut pas se passer totalement des siens et du réseau vampirique mais il est un traître à son sang comme on dit. Il ne compte plus le nombre de vampires qu'il a pu tuer lui-même ou envoyés à la mort en donnant leur localisation à Isaiah. Il a accepté ce qu'il est mais ne supporte pas les siens, surtout ceux n'ayant aucune tenue, se livrant à leur plus bas instincts. Preuve en est ; il a réussi à tué son créateur, fait unique chez les vampires.
Il est têtu et caractériel, ce qui peut être difficile à croire si on ne le connaît qu'aux côtés d'Isaiah mais pourtant c'est bel et bien là. Il n'a pas l'intention, à son âge, de se laisser faire par les autres. C'est aussi un homme pouvant être violent dans ses gestes, il suffit que le côté prédateur sorte un peu trop et c'est parti. Enflammé, il peut l'être aussi pour à peu près tout, tout dépend des moments, des circonstances, de qui il a en face de lui. C'est aussi quelqu'un ayant découvert assez récemment une jalousie et une possessivité extrême, il ne donne pas cher de la peau du premier qui oserait approcher et pire toucher Isaiah. D'ailleurs certains en ont déjà fait les frais dans le passé, des vampires, il en a tué un bon nombres qui allaient le toucher. Son fiancé n'a pas encore totalement vu et compris ça mais oui c'était déjà bel et bien là même avant de comprendre ses sentiments pour Isaiah.



Heaven
Co-fondatrice du forum, vous avez ma présentation du côté des tables des lois William Collins - Touch him and I will end you 160334384

☾ ☾ ☾


Oh let me see your beauty when the witnesses are gone. Oh let me feel you moving like they do in Babylon. Oh show me slowly what I only know the limits of. Dance me to the wedding now, dance me on and on. And dance me very tenderly and dance me very long. We're both of us beneath our love, and both of us above. And dance me to the end of love. And dance me to the end of time.

William Collins - Touch him and I will end you 8l8u2c1I_o
Revenir en haut Aller en bas
William Collins
William Collins
ADMIN ☾ Vampire
William Collins - Touch him and I will end you Original
☾ Surnom : Will, ducon, bébé, ça dépend
☾ Âge : 651 ans (né en 1367)
☾ Messages : 459
☾ Arrivée : 25/09/2018
☾ ft. : Chris Evans
☾ Copyright : Avat : ROGERS. | Signature : moi
☾ Statut Civil : Fiancé à l'homme de sa vie, son âme soeur
☾ Avec : Isaiah Warren
☾ Multiface : Arès & Antanaziel
☾ Localisation : Winterville
☾ Métier : Galeriste / Chasseur de vampires
☾ Particularités : "Un vampire qui s'amourache de son bourreau, qui tue son créateur et qui chasse les siens... T'es vraiment taré." - Isaiah.
Cela résume assez bien William, un vampire ayant pour âme soeur un chasseur de vampire. Un vampire qui ne supporte pas sa propre espèce et les chasse avec plaisir. Unique cas chez les siens. Taré, sans doute, oui.

Message Sujet: Re: William Collins - Touch him and I will end you William Collins - Touch him and I will end you EmptyDim 14 Oct - 17:11


Histoire

La fin de l'espoir est le commencement de la mort



CHAPITRE I.

❝ Soit un homme mon fils et aide ta patrie. Rentre en un seul morceau malgré tout.❞

Il vous parle d'un temps que les moins de six siècles ne peuvent pas connaître mais que l'Histoire n'a pas oublié, bien qu'elle soit malheureusement assez imprécise de son point de vue. D'un temps où la vie se résumait pour un homme à faire ce qu'on attendait de lui, la société avait déjà des cases bien précises et malheur à ceux qui auraient tentés de s'en écarter. Il a eu la chance de naître dans un bon milieu et la malchance de voir des attentes pesées sur lui, bien qu'à l'époque il trouvait cela juste normal. Être un bon fils et toujours écouter ses parents, répondre à leurs attentes en toutes circonstances. Il vous parle d'un temps où un jeune homme de bonne famille se devait de courtiser une femme pendant des mois, pour espérer ne serait-ce que lui tenir la main et l'emmener danser sans l'oeil de sa mère planant sur vous. Où la question ne se posait même pas de savoir si on en avait envie ou non. Où on ne questionnait pas le choix de ses parents sur sa promise, le mariage d'alliance était ainsi répandu. Avec le recul ce n'était pas un début de vie si désagréable pour autant ou alors c'est juste que sa mémoire embellit les faits. C'était en même temps devoir remplir son devoir sans savoir si on allait rentrer ou non, celle qui sera plus tard nommé la Guerre de Cent Ans battait son plein et il était hors de question qu'il n'y participe pas, qu'il ne soit pas envoyé sur le front en France.

❝ La mort est-elle réellement la fin de la vie ou le commencement d'une nouvelle vie ?❞

Cette guerre n'était pas belle à voir sur le front. Épuisante au possible, dans des conditions de vie déplorables et pourtant elle était bien plus propre que celles qui viendront plus tard. À croire que l'homme ne sait faire que dans l'escalade de la violence. Traitez le nostalgique ou de fou mais il reviendrait bien à cette époque là, mais ici encore il faut avoir connu ce temps mais aussi les suivants pour comprendre les différences. Il y avait malgré tout un certain prestige à l'époque qui a disparu depuis fort longtemps. Et pourtant en même temps c'était la déchéance de partout, les hommes ne savaient que peu ou prou se tenir. Certains désertaient le front, d'autres trouvaient le moyen de sortir la nuit et de boire. Il ne bougea jamais mais une nuit de ronde, sa vie changea à tout jamais. Il aura suffit d'un bruit venant d'un buisson pour qu'il s'en approche et ne soit entraîné loin de son campement et mordu avant qu'on ne lui fasse boire un liquide chaud au goût métallique. Il ne comprendra que quelques heures plus tard ce qu'il en est. Quand la faim a commencé à lui ronger les entrailles, quand il a commencé à ne plus supporter la lumière mais surtout quand il a répondu à cet espèce de nouvel instinct pour réaliser qu'il était à des kilomètres de là où il devrait être. Pour découvrir une vieille ferme, pourquoi a t-il été laissé à l'extérieur ? Il ne le sait pas et n'a jamais cherché à le savoir. L'endroit lui donnait la chair de poule, lugubre, toutes les vitres condamnées. Un homme l'attendait dans le salon vidé de meubles, il lui a servi tout un discours dans un mauvais anglais, qu'il a eu du mal à comprendre. À vrai dire, il a mis des jours entiers avant de réellement comprendre l'étendue de l'horreur qui est maintenant sienne. C'est dans un état second qu'il a été nourri de sang humain directement à la source, on lui a forcé à planter ses tout nouveaux crocs dans la jugulaire d'une femme. On l'a forcé à la lâcher pour qu'elle ne meurt pas alors qu'il crevait encore de faim.

❝ I will end you. In a no pacific way.❞

Colère. Abattement. Déni. Incrédulité. Incompréhension. Désespoir. Il est passé par toutes ces phases là et bien plus encore. De longues journées il est resté prostré dans un coin, les mains sur les oreilles, à trembler comme une feuille, la faim lui rongeant les entrailles, le rendant fou. Son créateur faisant tout pour le sortir de cet état et quand enfin il y sera parvenu c'est pour n'obtenir que de l'indifférence. Une rage froide et meurtrière vissée au corps. Il a pourtant dû ronger son frein et trouver rapidement une nouvelle manière de fonctionner, devenant pratiquement le nouveau jeune vampire idéal, l'exemple à suivre. Deux siècles entiers il a agit ainsi par devant, ne pouvant que suivre son créateur, il n'avait pas le choix s'il voulait lui survivre. Parce que c'est de ça dont il s'agissait après tout. Alors il a apprit à contrôler ses pouvoirs mais échoué lamentablement contre sa faim, elle semblait ne jamais vouloir se calmer totalement. Plus il repoussait son envie de sang plus il devenait violent. Il faisait juste ce qu'il faut pour que ça n'aille jamais trop loin, pour ne pas dépasser les bornes.

Par derrière, il avait tracé son plan et le mettait en action, il lui aura fallu deux siècles pour que la route de son créateur ne croise celle d'un autre vampire bien plus puissant. Et de la route ils en ont fait, passant par différents pays sur le sol de ce qui deviendra l'Europe, l’Allemagne, la Suisse, la Belgique le nid poussant même au delà vers la Russie avant de revenir sur la France. Il a apprit, il a écouté ce qu'il se passait autour de lui, entendu les murmures. Réunissant toutes les informations qui lui seraient nécessaire. Il avait entendu son créateur parler d'un autre vampire avec lequel il avait déjà eu des soucis par le passé. Une lamentable erreur fort hasardeuse, leurs routes se croisèrent et la guerre de territoire était lancée. Il a encore attendu, que son créateur soit trop occupé mais surtout affaibli et qu'il ne le voit pas venir pour le décapiter proprement au dernier moment. En douce il avait forgé une alliance avec l'autre vampire, les autres membres du nid en échange de sa liberté une fois son créateur mort. L'autre vampire se méfiant d'ailleurs de lui, un vampire qui ne supporte pas les siens et son créateur c'est plus que rare, une exception, un paria. Soit c'est ce qu'il sera, un paria. Il ne sera jamais retourné en Angleterre mais ira en Amérique du nord.

❝ Sans le puissant moteur de la vengeance, quelle raison d'être reste t-il ?❞

Le vide, le néant le plus total, il n'avait plus rien qui le reliait à ce monde, il était devenu un monstre et avait vécu ainsi pendant trop longtemps. Il a songé à mettre fin à ses jours et pourtant ne l'a jamais fait, il se sentait bien malgré lui connecté à une puissance phénoménale, qui l'incitait à poursuivre. C'était fin mais tenace, il lui faudra encore de longues années pour comprendre qu'il s'agit là de l'Alpha de tous les vampires. Un pas après l'autre quotidiennement. Il se glissa finalement au milieu d'un équipage prenant la route de l'Amérique du Nord, une expédition visant à la coloniser. Soit, cela le changera. La traversée fut houleuse sur bien des points et quelques marins tombèrent malades de manière mystérieuse. Une fois arrivé à bon port, il disparu des radars et s'enferma dans la solitude, loin de tous, errant à travers ces lieux pas si différent de ça, de ce qu'il avait pu connaître jusque là. L'ennui devint son compagnon dès cet instant.

Il reprit petit à petit goût à la vie d'une nouvelle manière, il devait continuer à lutter perpétuellement contre la faim mais en même temps il pouvait oeuvrer de plus en plus facilement. Commençant à découvrir pleinement les arts, la lecture, se mettant à dévorer tous les écrits qu'il pouvait trouver. Se prenant aussi de passion pour la peinture, bien qu'il ne s'y soit jamais essayé lui même, non il préférait regarder les autres faire. Tout comme il regardait l'humanité évoluer, les mentalités et les mœurs avec elle, il portait et porte encore un regard doux sur les humains dont il ne fait plus partie. Il s'amusa à la création de la Nouvelle-Orléans et découvrit le blues et le jazz qu'il aime encore particulièrement. Finalement bien que toujours occupé, il commença à réellement travailler et à amasser plus d'argent qu'il n'en avait besoin pour vivre. Et il continua ainsi, devant malgré tout changer de place régulièrement pour ne pas attirer l'attention.

Il avait l'impression que le temps et les siècles glissaient sur lui et même en essayant de s'occuper en permanence il lui manquait quelque chose. Alors il se lança dans des voyages en tout genre, d'abord sur le même continent, visitant l'Amérique du Sud puis remontant au Canada et même au delà. L'ère moderne se présenta et avec elle la possibilité de voyages lointains, il essaya de pouvoir prendre l'avion mais il y avait toujours ce problème avec le soleil. Bizarrement il n'avait plus envie de mourir depuis fort longtemps même s'il détestait toujours autant ceux de son espèce. Il aurait voulu voir l'Inde et le Taj Mahal, ce mausolée de marbre blanc érigé par l'Empereur Shâh Jahân pour honorer son épouse, l'amour de sa vie. Voir la Chine et la grand muraille de Chine, une merveille architecturale de fortifications militaires. Aller au Japon et voir celle qui fut la capitale Impériale, Kyoto, visiter ses temples, ses sanctuaires et tout ce qui fait que cette ville soit considéré comme le centre culturel du Japon. Partir en Espagne, un des rares pays qu'il n'a pas vu en suivant son créateur à l'époque, et se laisser bercer par l'ambiance, les danses et peut-être même les ferias. Il pourrait continuer la liste longtemps à vrai dire, à la place de voyager, il a apprit plus ou moins les bases de certaines langues.

Mais ce n'était encore pas assez, quelque chose manquait toujours, il se posa et réfléchit longuement avant de décider de plus ou moins couper sa solitude. De part sa naissance, il alla d'abord vers les femmes mais se rendit vite compte que non, elles le laissaient de marbre. Les hommes alors ? Oh. D'accord. C'est donc pour ça, qu'il se sentait différent depuis longtemps. On lui trouvait un physique avantageux, il enchaîna les conquêtes masculines, il n'avait pas de types d'hommes bien précis, du moins le croyait-il. Mais il ressentait toujours ce vide qui se mêlait régulièrement à sa faim et le rendait plus ou moins violent selon les circonstances. S'il a réussi à s'accepter au fil des siècles, à accepter sa nature de vampire, il n'en est pas moins resté à ne pas aimer les siens, il préfère mille fois les puces des descentes de lit que côtoyer d'autres vampires. Malheureusement il n'avait pas toujours le choix mais il pouvait agir pour que les choses changent, moins il y aurait de vampires sur terre mieux il se porterait.

❝Quand on apprécie les qualités de quelqu'un, on l'admire. Quand on accepte ses défauts, c'est qu'on l'aime.❞

Qu'à cela ne tienne, il y a déjà quelques décennies, il avait découvert l'existence des chasseurs, de ces humains qui d'une manière ou d'une autre connaissent la vérité sur les créatures surnaturelles. De cette information il n'en avait rien fait encore si ce n'est éviter de les attirer jusqu'à lui. Est-ce que par moment il regrette de ne pas avoir continué ainsi ? Malheureusement -ou heureusement selon les points de vues- non, il referait exactement tout ce qu'il a pu faire. Sa route a croisé celle de deux hommes dans un bar, deux chasseurs, il a espionné leur conversation de loin, il a entendu parler de ce jeune homme décrit comme un idiot terriblement efficace à la chasse aux vampires. Cela n'alla pas plus loin, jusqu'à ce qu'il rencontre un vampire, rescapé d'un nid, qui lui parle de ce chasseur, jeune, efficace. Puis encore une autre fois, un autre vampire qui pensait qu'il avait envie de faire la conversation. Malgré tout il aura écouté d'une oreille jusqu'à ce que le sujet de ce chasseur ne vienne sur le tapis, apprenant son nom cette fois . Isaiah Warren. Il s'est renseigné de son côté, découvrant derrière ce nom, l'histoire de ses parents tués par des vampires. Un jeu à double tranchant se mettant en place dans sa tête, il risquait d'aller au massacre mais ça en valait le coup s'il était vraiment aussi efficace que ce qu'on disait de lui. La curiosité a aussi joué les traîtresses pour le pousser à prendre cette décision.

Il a retrouvé les deux premiers chasseurs qui avaient mentionnés le jeune homme, il aura subtilisé le téléphone de l'un des deux en profitant qu'il soit déjà alcoolisé et sa garde baissée. Cherchant dans les contacts du chasseur pour noter le numéro de téléphone allant avec le nom qu'il cherchait. Cela a d'abord été des textos, un nom et une adresse puis des appels quelques paroles échangées, une voix rauque traînant des notes de colère et de tristesse. Toujours des adresses données ainsi que des nombres, souvent celui correspondant aux vampires sur place. Isaiah était doué pour faire le vide. Puis un jour ses appels restèrent sans réponse, il aurait pu s'en foutre et passer à autre chose, après tout il y aurait d'autres chasseurs à qui il pouvait filer des noms. Mais non déjà parce qu'il savait jusqu'où pouvait mener ces envies de vengeance, quelque part il se serait senti responsable s'il avait envoyé l'adresse de trop. Mais aussi parce que la voix du chasseur lui plaisait un peu trop, il y avait il ne sait quoi qui le poussait à le chercher puis à le trouver. À l'observer de loin, le regardant travailler, notant cette soif de sang qui semblait l'habiter, lui rappelant un peu la sienne à sa création.

Puis il y a eu cette fois où il l'observait de loin comme à son habitude, c'était souvent limite pour le chasseur mais ce jour là, il aurait fini par se faire étriper alors il s'en est mêlé. Il a arraché le vampire du chasseur et a scellé son sort lui même pour une fois. Un regard, des yeux couleur océan après un orage. Magnifique. Des mots doux qui commencent à voler et ça le fait rire comme il n'a pas rit depuis longtemps. Et ça le fait réagir également. Tout l'amuse chez Isaiah à commencer par le fait qu'il mette du temps à reconnaître sa voix. Il n'aurait peut-être pas dû lui faire comprendre que les appels venaient de lui, après ça Isaiah ne répondait plus à ses coups de téléphone. Pourquoi a t-il insisté ? Pourquoi a t-il changé de méthode ? Il le sait maintenant, il a mis du temps à se l'avouer mais il était foutu au moment précis où il a croisé de près le regard de l'humain. Des notes laissées sur le pare brise de la camionnette le plus souvent ou à l'intérieur directement et il en a mis du temps Isaiah à y réagir, il ne sait pas ce qui l'a fait changer d'avis mais il a recommencé à suivre les adresses qu'il lui donnait.

Il faisait des allers-retours entre sa vie, son travail et Isaiah, il le voyait faire de loin une nouvelle fois. Jeu malsain. Mais il appréciait ce qu'il voyait du chasseur, sa détermination sans faille bien qu'un poil suicidaire quand il le voyait foncer dans le tas. Il le voyait pourtant planifier ses interventions mais Isaiah agissait seul et contre un nid de vampires il y a souvent de mauvaises surprises. Et il y a eu ce jour là, il avait encore suivi Isaiah, l'avait vu finir avec une conquête, lui s'était nourri de son côté et il avait terminé sa nuit dans la camionnette du chasseur. Le début de sa propre chute alors qu'Isaiah met du temps à percuter de sa présence puis qu'il l'acceptait vaguement sans l'accepter près de lui. C'était le vampire qui s'amusait de le voir aussi distant, vulgaire quand il daignait ouvrir la bouche, lui envoyer des doigts d'honneur et compagnie. Mais surtout c'était l'amusement de voir le chasseur ne pas percuter qu'il avait un vampire à côté de lui, combien de temps ça allait pouvoir durer ?

❝ Je m'endormais, ce jour là, enveloppé par la douleur de son absence.❞

Alors il envoyait tout promener, mettait un terme à ses affaires, de toute manière il n'avait pas besoin de plus d'argent qu'il n'en avait déjà. Il pouvait vivre avec trois fois rien tant qu'il pouvait s'échapper pour se nourrir. C'était la vie à deux sur les routes, à plaisanter en permanence, à essayer de dérider Isaiah, à chasser des vampires également. Le sale caractère du chasseur lui plaît énormément, sale gosse qui boit plus qu'il n'est permis, qui ne pense à s'occuper de lui que trop rarement. Il avait gardé son téléphone et vaguement quelques contacts alors par moment il prétextait avoir une affaire à régler seul de son côté quand la faim devenait insoutenable et qu'il voyait son propre caractère se modifier. Les poches de sang entre deux portes, ça ne suffit pas longtemps. Et Isaiah qui ne voyait toujours rien, en même temps ils menaient la même vie décalée et ils se rapprochaient de plus en plus. Sauvages physiquement mais ça leur convenait à tous les deux, lui ne savait encore pas faire autrement de toute manière. D'autant plus qu'il luttait à chaque fois contre lui même, contre son envie de mordre Isaiah, son envie de le transformer pour le garder pour lui, près de lui. Il n'était pas encore bien sûr du pourquoi à ce moment là.

Irrémédiablement foutu, on vous disait. Même quand Isaiah a enfin compris qu'il avait un vampire près de lui, dans son lit, même quand le chasseur lui a demandé de partir et de ne plus revenir, lui promettant de le tuer. Même en voyant le dégoût dans le regard du brun. Il ne pouvait tout simplement pas le faire, c'était impossible. Il serrait les dents à chaque fois mais il restait, il revenait, il ramassait Isaiah et trouvait toujours le moyen de le faire dormir dans un lit. Il le voyait se détruire mais le chasseur allait bien finir par cesser d'être aussi excessif, n'est-ce pas ? Il allait bien finir par ouvrir les yeux et voir que rien n'avait réellement changé, non ? Non. Parce qu'il était ainsi l'humain. Au milieu il y a eu cette connerie d'Apocalypse, que les anges, les démons aillent se faire foutre, il n'y a qu'un humain qui pouvait l'intéresser. Puis il y a eu ces appels silencieux dans un coin de sa tête, cet appel au sang, ces envies de massacres, il y cédait à moitié, disparaissant de près d'Isaiah qui ne devait sans doute même pas le remarquer ou pas plus que ça. Il se haïssait dans ces moments là mais il n'avait pas le choix, il se nourrissait, il était à la limite à chaque fois mais ça se stabilisait alors il repartait auprès du chasseur.

Hermétique à tout ce qui pouvait l'entourer. Ramener Isaiah à la raison était la seule chose qui comptait même si petit à petit il en avait assez de voir que rien ne changeait. Visiblement le chasseur a pourtant fini par le laisser de nouveau être près de lui, il semblait avoir accepté la réalité. Epic fail. Il comprenait trop rapidement ce qu'il se passait ou peut-être pas, il ne l'a vraiment capté qu'en arrêtant la main armée d'Isaiah à la dernière seconde. Le reste de la nuit a été un mélange entre une violence d'une sacré ampleur et trop de douceur et d'amour. Ce je t'aime murmuré entre deux abandons de leurs corps, promesse d'éternité pour le vampire, il ne pourrait plus jamais y avoir quelqu'un d'autre. Pourtant Isaiah s'endort et il prend une décision radicale et il fuit. De son côté il a compris qu'il était la cause de la chute précipitée de l'humain, que le chasseur se détruisait encore plus à cause de lui et il ne pouvait pas le supporter. Comment pouvait-il accepter de voir l'homme qu'il aime s'enfoncer encore plus , comment pouvait-il accepter en être la cause. Il voulait protéger Isaiah en partant.

❝ La vie est pâle, le monde a perdu ses couleurs sans lui à mes côtés.❞

Il pensait savoir ce qu'était la douleur mais il ne la découvrait que maintenant après plus de six siècles, après avoir laissé son âme sœur derrière lui. Oui c'est ainsi, autant employer les mots tels qu'ils sont. Au départ, il a failli se perdre dans des bains de sang, ne se stoppant qu'avec l'image d'Isaiah s'imposant à son esprit. Bien qu'il aura continué à lui envoyer des textos avec des adresses et des numéros. Changeant de numéro à chaque fois ou presque, toujours des numéros intraçables au cas où. Maso ? Oui certainement. Il ne savait même pas pourquoi il continuait, cela le faisait souffrir plus que de raison. D'autant plus en se mettant en tête de pouvoir le voir ne serait-ce que de loin, le retrouvant systématiquement où qu'Isaiah puisse être. Plusieurs fois il avait eu l'odeur du sang du chasseur dans le nez, une égratignure suffisait pour qu'il ait cette odeur gravée en lui et ne l'oublie plus jamais. Mais aussi il connaissait maintenant par cœur ses habitudes, retracer les affaires qu'il suivait hors des adresses envoyées étaient simples. Pourtant il ne vivait toujours plus, il agissait pratiquement automatiquement.

Jusqu'à ce que son regard ne croise un tableau dans une vitrine, une toile entièrement bleue aux nuances allant d'un ciel clair d'été jusqu'au sombre et tumultueux bleu d'un orage sur l'océan. Lui donnant le coup de pied au cul dont il avait besoin, reprenant sa vie en main. Il allait plutôt se plonger de nouveau pleinement dans ses premières passions, l'art, s'offrant alors une galerie d'art sur Boston, ça tombe bien puisque cela fait déjà un bon siècle qu'il a son manoir sur les hauteurs de la ville. Tout ce qu'il avait mis sur pause pendant ces années auprès de son humain, il reprenait. Petit à petit il retrouvait vaguement un équilibre entre les deux, même s'il continuait à aller surveiller Isaiah, il a même dû embaucher une assistante qui prend le relais dès qu'il part sur un coup de tête sur les routes. Prétextant également préférer vivre la nuit pour avoir la paix, elle le prend sans doute pour un de ces riches marginaux.

Un an maintenant que ce petit jeu dure, la douleur ne s'amenuise jamais mais il arrive à la supporter et se nourrir normalement. Il a aussi vu ce gamin qu'Isaiah semble avoir adopté, il ne sait pas si c'est vraiment une bonne chose qu'un autre être humain ne dépende du chasseur mais cela semble fonctionner pour le moment. Il en surveille deux de loin, jurant à voix haute que le gamin a intérêt à assurer et ne pas laisser Isaiah sombrer, à ne pas le laisser foncer tête baissée ou sinon il ne répondra plus de ses gestes. Il n'arrive pas à se raisonner, la jalousie galope dans ses veines et pourtant il espère que ce môme saura redonner un peu de joie de vivre au chasseur. Putain s'il arrêtait de se voiler la face, tout ce qu'il souhaite vraiment c'est de retrouver pleinement Isaiah et pouvoir l'aimer au grand jour mais l'humain ne reviendra jamais vers lui, n'est-ce pas ?

Non, c'est lui qui est retourné voir Isaiah en douce et qui pensait que ça resterait ainsi. Mais il semblerait que son subconscient l'a poussé en avant, Isaiah le découvrant devant chez lui. Des retrouvailles intenses, violentes, brutales, des cris, des larmes, du sang et des corps qui s'emmêlent. Très extrême mais le vampire n'y peut pas grand chose, ils sont des âmes soeurs et il crèverait sans Isaiah.

☾ ☾ ☾


Oh let me see your beauty when the witnesses are gone. Oh let me feel you moving like they do in Babylon. Oh show me slowly what I only know the limits of. Dance me to the wedding now, dance me on and on. And dance me very tenderly and dance me very long. We're both of us beneath our love, and both of us above. And dance me to the end of love. And dance me to the end of time.

William Collins - Touch him and I will end you 8l8u2c1I_o
Revenir en haut Aller en bas

William Collins - Touch him and I will end you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» William Delacroix [ Voleur ]
» Nouvelle Garde [William]
» Japan Touch Haru
» A TOUCH OF EVIL
» Where Hugo Chavez and William Baldwin agree.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil May Care :: On the road so far :: Asylum :: Ils sont en chasse-