Stairway to Heaven
Highway to Hell


Partagez

Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Isaiah Warren
Isaiah Warren
ADMIN ☾ Humain
http://devil-may-care.forumactif.com/t46-isaiah-warren-i-m-not-i
Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. Tumblr_ncc4le80k81tmbu1fo1_500
☾ Pseudo : ROGERS.
☾ Surnom : Isa, gros con, chaton, ça dépend.
☾ Âge : 35 ans.
☾ Messages : 313
☾ Arrivée : 25/09/2018
☾ ft. : Sebastian Stan
☾ Copyright : brimbelle (Avatar) / Lux (Aesthetic) <3
☾ Statut Civil : Fiancé à son âme-soeur. L’amour de sa vie. Son unique.
☾ Avec : William Collins, le précieux.
☾ Multiface : Aphrodite & Jesus.
☾ Localisation : Au manoir Warren ou dans sa camionnette.
☾ Métier : Chasseur de vampires officieusement, auteur officiellement.
☾ Particularités : Chasseur né et sanguinaire, la chasse est un truc de famille chez les Warren, même si ses parents ont essayés de les préserver, avec sa jumelle. Manipule la machette et l'exorcisme. Foie à toute épreuve.
☾ Zone Libre : Family.
Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. Giphy

Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. FJAdpnd

Message Sujet: Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. EmptyDim 14 Oct - 1:11




Isaiah Warren

that's my secret. i'm always angry.

Salut à toi Invité, je me nomme Isaiah Warren, mais on me surnomme parfois Isa, gros con, chaton, ça dépend de qui. Je suis un humain, je suis né comme ça. J'ai 35 ans et je suis né le 25 mars 1983 à Magdebourg, je suis originaire d’Allemagne. Je suis actuellement fiancé à mon âme sœur, William Collins et je suis on ne peut plus gay (really), je me considère comme homme et mon pronom est il. Si tu me cherches, tu peux me trouver à mon manoir. Je travaille comme chasseur. Cette ville,j'y tiens, j'y suis depuis 27 ans, ce qui signifie que j'appartiens au groupe leaving my bag. Ne te fie pas à mes airs, j'ai quelque compétences et pas des moindres, je suis compétences, mais je ne suis pas parfait alors j'ai aussi mes faiblesses, qui sont l'alcool, la rage qui me ronge, mon âme-soeur. Ma plus grosse phobie est vivre mais je tire ma force de William. J'ai quelque particularités qui font de moi quelqu'un de différents, comme des tatouages, un tas de cicatrices et un ange-gardien, Anael. J'ai des ennemis naturels, qui sont les vampires, les démons et les esprits comme j'ai des alliés qui sont lycans et surtout les sorciers.

Si tu te demandes qui est mon avatar, il s'agit de Sebastian Stan et il a été crée par idk. J'affirme avoir bien lu le règlement du forum et j'accepte le fait que mon personnage puisse être amené à mourir au cours du jeu.


Isaiah n'est pas le genre d'homme que l'on aime approcher. Pas juste à cause de son hygiène douteuse mais parce qu'il est arrogant, n'aime pas parler, le peu qu'il parle ce sont des insultes ou du sarcasme. Il a une rage en lui qui le consume petit à petit. Il préfère grogner ou faire un hochement de tête pour indiquer qu'il a bien entendu mais il ne fait généralement aucun effort. Il est grognon, grincheux, il aime sa solitude. Il est bagarreur, souvent le premier à sauter dans le tas même s'il sait qu'il n'a aucune chance de remporter le combat. Il aime la souffrance et y est dépendant, cela a pendant longtemps été le seul moyen pour lui de se sentir vivant que souffrir. Parce qu'en plus de ça, il est suicidaire et il doit sa survie à Anael, son ange gardien, le pauvre. Isaiah est aussi hyperactif, il a besoin de bouger constamment sinon il ne se sent pas bien, mais il a aussi ses phases où il est totalement amorphe dans le canapé. Il est alcoolique, un cliché sur pattes avec sa vulgarité, son penchant extrêmement prononcé pour le sexe et l'alcool qu'il boit par litre, mais depuis le retour de son âme-soeur, il fait de son mieux pour arrêter la bouteille, le reste par contre ce n'est pas demain la veille. Sa libido est exacerbée, quand il ne parle pas en grognant ou envoyant chier, il parle de sexe et ne fait pas dans la finesse et si ça vous gêne, c'est dommage. C'est un gros con, ni plus ni moins, s'il voit que quelque chose vous dérange il s'amusera à le pointer, quitte à s'en prendre une. Il est instable, un jour il restera dans son coin le second il partira en furie dans une mission trouvée, difficile de savoir sur quel pied danser avec lui, même lui a du mal à se situer. Il est plus prompt à agir, sur-réagir qu'à réfléchir, il est impulsif, irréfléchis. Curieusement, lorsqu'il chasse, ses instincts se développent, il a un goût prononcé pour le sang et a besoin de faire saigner, de tuer, c'est maladif. Mêler sa libido et sa soif de sang, il l'a aussi souvent fait et c'est son âme soeur qui en a fait les frais.



ROGERS.
Hello ! Moi c'est ROGERS., une des fondatrice du forum. On peut aussi m'appeler Ivy Smile si vous souhaitez en savoir plus sur moi, rendez-vous dans la zone présentation du staff Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. 1353059412 !

☾ ☾ ☾

AND THIS LOVE CAME BACK TO ME
I thought love was only true in fairy tales, meant for someone else but not for me. Love was out to get me, that's the way it seemed. Disappointment haunted all of my dreams. Then I saw his face, now I'm a believer ; not a trace, of doubt in my mind. I'm in love, and I'm a believer I couldn't leave him if I tried.


Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. ZAvkbJW
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Warren
Isaiah Warren
ADMIN ☾ Humain
http://devil-may-care.forumactif.com/t46-isaiah-warren-i-m-not-i
Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. Tumblr_ncc4le80k81tmbu1fo1_500
☾ Pseudo : ROGERS.
☾ Surnom : Isa, gros con, chaton, ça dépend.
☾ Âge : 35 ans.
☾ Messages : 313
☾ Arrivée : 25/09/2018
☾ ft. : Sebastian Stan
☾ Copyright : brimbelle (Avatar) / Lux (Aesthetic) <3
☾ Statut Civil : Fiancé à son âme-soeur. L’amour de sa vie. Son unique.
☾ Avec : William Collins, le précieux.
☾ Multiface : Aphrodite & Jesus.
☾ Localisation : Au manoir Warren ou dans sa camionnette.
☾ Métier : Chasseur de vampires officieusement, auteur officiellement.
☾ Particularités : Chasseur né et sanguinaire, la chasse est un truc de famille chez les Warren, même si ses parents ont essayés de les préserver, avec sa jumelle. Manipule la machette et l'exorcisme. Foie à toute épreuve.
☾ Zone Libre : Family.
Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. Giphy

Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. FJAdpnd

Message Sujet: Re: Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. EmptySam 27 Oct - 0:44


Histoire

If your baby leaves you and you've had a tale to tell.



CHAPITRE I.
Bon, on ne va pas se mentir ; qui en a quoi que ce soit à foutre de la vie d'un humain ? On sait bien que de nos jours, les humains n'ont pratiquement aucun pouvoir sur les événements, les humains les subissent tous à leur façon. Puis il y a les jumeaux Warren qui, eux, se retroussent les manches et vont dégommer du monstre.

Ils ne sont pas nés dans ce but précis, à vrai dire, ça s'est fait sans qu'ils le sachent, qu'ils le prévoient. C'était parti d'une passion de leur parents pour le paranormal, le spiritisme, l'occulte, ces choses-là. Leur mère avait toujours été convaincu qu'un esprit bienveillant les gardait à l'oeil. Plus pragmatique, le fils Warren s'était toujours demandé qui pouvait bien vouloir se faire chier à les garder à l'oeil. Le garder à l'oeil, surtout. Parce qu'avec toutes les conneries qu'il était capable de faire, celui qui les gardait à l'oeil devait avoir du boulot par dessus la tête.

Le fils Warren avait toujours été turbulent. Du genre à courir partout dès qu'il était en âge, à ouvrir toutes les portes, à se cogner contre les murs, tomber puis se relever pour courir à nouveau. En soi, il n'a jamais été du genre à abandonner.

Le fils Warren n'a jamais été le petit rigolo de la famille non plus, ceci dit. Un caractère qu'on disait peu commode, il envoyait promener les gens dont le visage ne lui revenait pas et ses parents ne pouvaient rien y redire. C'était tout le contraire de sa jumelle, qu'on félicitait pour sa gentillesse, sa douceur. Le yin et le yang, comme on dit. En fait, il n'y a sûrement que Shoshanna qui a du voir le vrai visage d'Isaiah, sûrement qu'elle qui le connaît par coeur. Qu'elle qui sait qu'Isaiah n'est pas qu'une petite boule de colère mais peut aussi être le plus doux des... ours.

Ils vivaient bien, leur premières années. En Allemagne, dans l'opulence. Ils n'avaient vraiment pas de quoi se plaindre. C'était la petite famille modèle, les parents cachaient bien leur passion commune, au départ. Ca aurait été mal vu dans leur ville, de toute façon. Pourtant, c'était de famille. Ils étaient de purs allemands et racontaient encore, soi disant des histoires de famille, du temps où les sorcières marchaient librement sur le sol, lorsqu'elles étaient dans les forêts. On les avait gavé aux livres des frères Grimm, persuadés que des contes pareils cachaient forcément une part de vérité ; comment pouvait-on inventer ça à une telle époque ? Le fils Warren répondait "pour effrayer les enfants et les empêcher de sortir la nuit tombée", ce qui faisait toujours lever les yeux au ciel des parents.

C'est à leur dix ans quand les parents décidèrent d'arrêter leur emplois respectifs, pour vivre le rêve américain. Leur enfants étaient assez grands, ils iraient au collège aux Etats-Unis, ils auraient une nouvelle vie. Les jumeaux ne connaîtront jamais les réelles motivations des parents Warren de tout plaquer pour les Etats-Unis du jour au lendemain. Avaient-ils peur de n'avoir rien fais de leur vies ? Ils avaient eu tard leur jumeaux, avaient étudiés puis travaillés toutes leur vies sans penser à eux et leur confort. Isaiah tenait peut-être d'eux, finalement, son côté excessif. Toujours est-il qu'ils ne connurent jamais les véritables intentions de leur parents.

Ils avaient eu une belle maison à leur arrivée. Le père Warren disait que les maisons ne coûtaient rien dans ce genre de patelin du Maine. Peut-être, oui. Et les jumeaux allaient à l'école, apprenant sur le tas leur nouvelle langue, l'anglais. C'était moins chantant, trouvaient-ils, mais ils s'y feraient. Ils n'avaient pas le choix.

Mais c'est à cette arrivée que le fils Warren commençait à sérieusement dégénérer. Ne supportant pas les regards de travers, sa crise d'adolescence se promettait d'être mouvementée, si bien qu'après avoir été exclu temporairement de l'école pour une troisième bagarre, dont une qui avait explosé l'arcade d'un autre adolescent, les parents décidèrent d'inscrire le fils à des cours de sport. Autant de cours qu'il était possible d'en faire entre les classes, si bien que le gamin rentrerait fatigué de ses journées et n'aurait pas à penser à s'énerver à l'école puisqu'il serait encore fatigué du sport de la veille. Ca marchait plutôt bien, au début. Apprendre à canaliser son énergie, la mettre dans des choses plus utiles de la vie. Ses parents lui avaient déjà demandés, pourquoi ce besoin de taper sur quelque chose. Mais il était incapable de répondre. Il avait besoin de se servir de ses poings, voilà tout. La discussion, c'était pas son truc, taper, si. Point final.

Il était même plutôt doué dans ce qu'il faisait, ses coachs appréciaient cette ténacité. Il en avait dans le ventre bien qu'il était difficile dans les premiers temps à canaliser, difficile de lui expliquer comment se servir de ses poings puisqu'il sautait toujours dans le tas sans réfléchir. Mais après deux ans, ça payait. Après quelque bonnes raclées aussi, ceci dit. Et parce qu'ils étaient le yin et le yang, Shoshanna le poussait à étudier quand il la protégeait à l'école. Ou sur-protéger, même, puisqu'il ne laissait pas grand monde approcher sa soeur si leur têtes ne leur revenaient pas. Ca avait toujours fonctionné ainsi entre eux.

A 14 ans, le gamin commençait à avoir de la barbe, du moins, un semblant de barbe. Pour ce coup-ci, il devançait de loin les autres de l'école. Il avait grandi de pas mal de centimètres durant l'été, avait les épaules plus large puisque le sport payait. Il ne ressemblait clairement pas à un gamin de 14 ans, il en paraissait bien quatre de plus. Mais il avait grandi trop vite, peu à l'aise dans ses mouvements, dans ses gestes, imprécis. Il se renfermait sur lui plutôt que s'ouvrir aux autres, pas faute que les autres tentent des pas vers lui, mais il les repoussait. C'était plus fort que lui.

Et c'est à ses 15 ans qu'il comprenait que son instinct n'était pas trompeur et qu'il devait protéger sa soeur de tout ce qui pourrait lui arriver. Shoshanna était forte, mais qui pouvait être fort face à la perte de leur parents ?

C'est en rentrant de l'école sur leur vélos qu'ils apercevaient les voitures de leur parents. Les voitures n'avaient pas bougés alors qu'ils étaient sensés être au travail. En rentrant chez eux, ils comprenaient bien vite pourquoi les voitures étaient là ; leur parents gisaient sur le sol, blanc comme des linges, leur cous entaillés mais pas une seule trace de sang. Deux corps morts dans le salon, une image qui les hanterait à vie. Ils appelèrent des amis de leur parents, des voisins. Ces même voisins appelaient les pompiers, la police et leur maison était devenue l'espace de quelque heures, une scène de crime. Jusqu'à ce que la police conclus sur une attaque animale. Sauf que ça n'avait rien de purement animal ; quel animal retirait tout le sang des êtres humains ? L'idée qui leur venait était grotesque. Idiote.

La police était repartie, les voisins proposaient aux jumeaux de les accueillir, jusqu'à ce qu'ils trouvent un foyer ou un chez-eux. Hors de questions de se séparer, de toute façon, les jumeaux se tenaient la main, incapable de se défaire l'un de l'autre.

Ce n'était finalement pas chez leur voisins qu'ils créchaient, mais chez un couple d'amis de leur parents. Ils étaient pauvres, n'avaient qu'une chambre pour les jumeaux avec un seul lit, mais ils avaient le coeur sur la main, ces gens-là. Isaiah laissait le lit à sa soeur pour plutôt dormir au sol, à côté d'elle, malgré l'insistance de Shana pour qu'il dorme avec elle. Il serait juste à côté.

Cette mascarade qu'on appelle le deuil, durait une semaine. Du moins, une semaine, c'était le temps que leur avaient laissés les Pierce pour se remettre sur pieds et leur expliquer ce qu'il s'était passé. Vampires qui rôdaient peut-être encore dans les environs, vampires que les autres chasseurs allaient traquer. Ils ne savaient pas si c'était intentionnel ou non, ces meurtres, si les vampires visaient des chasseurs en particuliers ou si les Warren étaient simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Mais ils arrivèrent à mettre la main sur le petit groupe et ce ne furent pas tous les chasseurs qui en sortirent vivants.

Il n'y avait pas eu besoin de discussions entre les jumeaux pour qu'ils sachent ce qu'ils avaient à faire, désormais. Suivre la trace de leur parents, apprendre des Pierce. Parce qu'il était simplement impossible de retourner à l'école et faire comme si de rien était alors que des créatures sanguinaires rôdaient dans les environs. Les Pierce leur apprenaient leur rôle de leur parents, ces conneries - pour le fils Warren - avec les esprits, poltergeists et autres bestioles de ce type. Que les parents Warren, comme sûrement d'autres Warren, s'étaient spécialisés là-dedans sans songer que ce serait des vampires qui auraient leur peau. Les Pierce leur expliquaient que ce serait dangereux, comme voie, risqué. Mais qu'importait pour eux. Maintenant que ce monde était ouvert à eux, ils étaient forcés d'y participer. Ils ne pouvaient pas reprendre leur gentille petite vie riche et tranquille comme si de rien était.

Ils hériteraient à leur dix-huit ans, ils n'auraient que trois années à tenir chez les Pierce avant de pouvoir partir. Trois années qu'ils mettaient à profit. Les Pierce les avaient suppliés de finir leur études, ce qu'ils firent. Ils eurent leur bac, Isaiah avait même appris les bases du russe, il avait fait des efforts pour finir en beauté sa scolarité.

Mais aux dix huit ans des jumeaux, une fois leur diplôme en poche, leur vie de chasseur débutait. Ils savaient qu'ils ne feraient rien de leur diplôme et que le problème ne se trouvait pas là, qu'il y avait encore beaucoup à faire, du concret.

Ils partirent ensemble sur les routes. Ils rencontrèrent quelque personnes. Sa soeur commençait à flirter aussi, il restait en retrait dans un premier temps. Puis sur leur route, il découvrait un homme, quelque années plus vieux. Il savait depuis le début que la romance ne serait jamais pour lui. Pas de place pour ça chez le fils Warren. Pas de temps à perdre avec ça. Cet homme fût son premier et il fût encouragé par sa soeur. L'homosexualité chez les chasseurs, il y avait de quoi rire quand il voyait les chasseurs qu'ils avaient pu croiser ces dernières années. Des exemples de virilité qui ne perdaient pas une occasion de charmer de belles femmes. Shana avait ri ; on ne sera jamais comme eux. Elle avait raison. Alors après cet homme, il y en eut un autre et ainsi de suite.

Shana avait raison, ils n'étaient pas comme les autres chasseurs. Ils savaient se reconnaître entre eux, les jumeaux avaient leur petite réputation, les jumeaux Warren, ils restaient dans l'état du Maine pendant un temps, ça aidait aussi. Comme leur parents, ils se chargeaient des esprits dans un premier temps, c'était ce que Shana voulait faire, pour elle, c'était comme poursuivre leur quête. Mais ce n'était pas assez pour Isaiah, il ne pouvait pas se contenter de chasser des esprits quand il savait qu'il y avait plus dangereux encore. Et contrairement à bien des chasseurs, les jumeaux n'aimaient pas travailler en groupe. En duo, oui, parce qu'ils se connaissaient par coeur et n'avaient pas à se torturer les méninges pour réfléchir à ce qu'il fallait faire, établir des plans quelconque, ils y allaient et réglaient le problème.

C'est avec les années sur la route qu'ils décidèrent de faire route à part. Ce n'était pas de gaieté de coeur mais au fil des années, leur buts différaient bien trop. Isaiah songeait aussi que combattre un fantôme était moins dangereux pour Shana qu'un vampire assoiffé.

Il avait rejoint les Pierce, avait laissé Shana sur la route. Il demandait simplement aux Pierce de lui enseigner à tuer les vampires. Sang de mort, pieu, feu, tout ce qui pouvait être utile à savoir. Et il avait raison, vu la force des vampires, il estimait que Shana n'aurait pas pu suivre ou survivre. Alors il partait de son côté pour chasser le vampire. Ce qui était peu fructueux, au début. Il suivait les pistes, les journaux locaux, les informations, c'était pas si facile à trouver que ce qu'il pensait.

Il réussissait à tuer son premier vampire à 23 ans. Une machette avait décapité le vampire, dans l'énervement du moment. Il se souvenait alors de cette rage qu'il avait, gamin. Que cette force et cette rage pouvaient ressortir à nouveau dans ces instants. Parce que c'était aussi ce qu'il fallait pour buter un vampire, de la force et de la rage, ces cons étaient sacrément costauds et ne se laissaient pas tuer bien gentiment.

Mais c'était exactement ce qu'il voulait faire. Cette adrénaline quand les crocs étaient trop près, cette adrénaline quand des ongles lui griffaient la peau à sang et que la machette faisait son oeuvre. Il n'y avait rien de semblable, pas même picoler ou baiser, non, ça n'avait rien à voir. Il n'aurait jamais cru aimer ça, mais, si. Il aimait tuer. Il ne l'avouerait peut-être pas, pour ne pas se faire enfermer dans un asile. Mais il aimait tuer. C'était libérateur.

Être seul sur la route, c'était dormir quand il le souhaitait. Et autant dire qu'il dormait peu puisque l'image de ses parents gisant sur le sol de leur salon, ça marque à vie. Les seuls moyens de dormir, c'était de se déchirer la gueule. Et à 23 ans, il était adulte et faisait bien ce qu'il voulait.

Parfois, on l'appelait pour désinfecter un endroit qui grouillait. Toute fois, cela arrivait avec les années et l'expérience, qu'on finisse par l'appeler. Sa soeur continuait sa route avec les esprits, lui avec les vampires. Les jumeaux s'appelaient régulièrement mais partaient bien souvent à l'opposé l'un de l'autre. Il allait parfois au Mexique et elle au Canada, l'inverse se faisait aussi. Quelle magnifique invention avec les années que le téléphone portable, n'est-ce pas ? Être seul sur la route, c'était mettre du Black Sabbath à fond et dépasser de quelque km la limite autorisée, c'était conduire de nuit, travailler de nuit et vivre le jour.

Puis on commençait à l'appeler. Il ne saurait dire qui était cette voix, il fallait dire que de plus en plus avaient son numéro sans qu'il ne sache qui était derrière. Mais une voix plus qu'un numéro, l'appelait régulièrement. Parfois prendre des nouvelles, parfois donner des adresses. C'était bien sympathique, ça permettait de faire du vide. Même si seul, il devait faire attention et que comme toujours, il manquait de se faire étriper. Sauf une fois où, bizarrement, quelqu'un arrivait avant qu'un vampire ne plonge sa main dans son bide. Ca, il l'avait vu venir. Au ralentis, même.

Ah, le prince charmant. Une chevelure châtain, des yeux bleus, une barbe, ouais, le prince charmant comme on voit au cinéma.

J'ai pas besoin de ton aide, connard.

Lui avait-il soufflé. Le connard avait rigolé.

Je vois ça, en effet.

Le connard avait jeté dans une broyeuse le vampire restant, il n'en restait plus que de la purée. Et il rigolait, ce con, il rigolait. Sublime mélodie.

Et puis, outre cette douce mélodie, la voix lui était familière.

On s'est déjà vu quelque part ?

En soi, s'il avait déjà vu un tel homme, il s'en serait souvenu. Mais il picolait tellement ces derniers temps et enchaînait tant de conquêtes qu'il était probable qu'il ait oublié une ou deux personne sur la route. Il s'était tapé tellement d'hommes qu'il ne pouvait plus se rappeler de tous. Mais ce connard avait ri une fois encore. Qu'est-ce qu'il pouvait dire de si amusant, qu'il se marre ainsi ?

T'es pas si malin que t'en as l'air.

Pour toute réponse, Isaiah lui avait servi un doigt d'honneur, avait repris ses affaires et était parti, sous l'hilarité du connard. Connard qui l'avait suivi.

Mes appels t'ont été utiles, au moins ?

Isaiah lui avait reservi un doigt d'honneur. C'était lui qui l'avait appelé, donc ? Et il ne pouvait pas faire le travail tout seul comme il venait de le montrer plutôt que l'emmerder ?

J'ai pas besoin de ton aide, ducon. Alors casse-toi.

Il avait ri à nouveau, visiblement, ce n'était pas la seule chose qu'Isaiah ne percutait pas avec cet homme.

L'homme avait fini par changer de procéder, puisqu'Isaiah ne répondait plus à ses appels. Il avait fini par répondre aux numéros qu'il connaissait uniquement. Alors il avait fini par lui laisser des lettres. Sur le pare-brise de sa camionnette ou dans sa camionnette, tout court. Des adresses, un nombre, bien souvent. Au début, il disait merde. Il n'y répondait pas, ne suivait pas les adresses et les plans donnés. C'est Shana qui le raisonnait tu dois le faire, ce sont des adresses de nids, tu fais ton travail et tu sauves des vies, c'était pas le but du jeu ? Au pire il te trouve juste des clans, pas de quoi en faire une histoire, ça t'évite de faire des recherches.

Il avait donc repris le travail à partir de là. Cette vie n'en n'était plus une, de toute façon. Il mangeait peu, buvait beaucoup. Il dormait à l'arrière de sa camionnette, se lavait quand il y pensait - c'est à dire, pas souvent. Parfois il dormait chez une conquête et profitait pour prendre une douche et partir avant qu'il se lève. C'était une routine malsaine mais qu'il aimait, parce que c'était son choix, c'était la liberté la plus totale.

C'était comme ça, un matin, en sortant d'un appartement, après avoir piqué quelque billets dans le porte-feuille de sa conquête - bah, quoi ? Une vie de chasse ça rapporte rien - et après s'être payé un café et des viennoiseries, qu'il montait dans sa camionnette. La serrure n'était plus verrouillée, avait-il oublié ? Il posait son café et son carton sur la place à droite et ne percutait pas, au début. En fait, c'est même après une heure de route qu'il remarquait la main qui piquait dans son carton. Ni une ni deux, il sortait sa machette et...

Putain, mais t'es vraiment con ! Qu'est-ce que tu fous là ?

Et encore ce rire à la fois mélodieux et à la fois crispant.

Je dormais.

Les fenêtres étaient couvertes par des couvertures, ça évitait que les autres voient son arsenal ou son lit improvisé.

C'est cosy chez toi.

Il lui offrait un doigt d'honneur pour toute réponse, le faisant rire une fois encore. Jamais il ne s'arrêtait de rire, ce connard ?

T'as loupé pas mal de rendez-vous, c'est dommage.

Comme à son habitude, Isaiah se terrait dans le silence.

Moi c'est William, au fait, puisque tu le demandes si gentiment.
Je suis sensé en avoir quelque chose à foutre ?

Il paraissait d'abord outré, le connard. Puis il levait les yeux au ciel et riait.

T'arrêtes jamais de faire la gueule ?

Non, il n'arrêtait jamais de faire la gueule. Faire la gueule, c'était même ce qu'il savait faire de mieux dans la vie.

Combien de temps avait-il mis à comprendre que William était un vampire ? Honnêtement, beaucoup trop de temps. Et avec le recule, il ne saurait pas dire pourquoi il n'avait jamais rien remarqué. William semblait être un chasseur qui s'y connaissait tout en étant un peu paumé de faire les choses seul. Ou alors il avait été un peu trop obnubilé par son joli cul, c'était possible aussi. Parce que ce n'avait pas été à leur première fois dans la camionnette, qu'il avait remarqué. Ca avait été sauvage mais, ça ne l'avait pas choqué à ce moment là. Ni au fait qu'il détestait sortir en plein jour, pourquoi l'aurait-il remarqué alors que lui-même chassait de nuit et vivait à l'envers ?

Enfin bref, tout ça pour dire qu'il avait fini par le remarquer, mieux vaut tard que jamais, comme on dit. Et qu'il ne savait pas ce qui l'avait empêché de sortir sa machette. Peut-être était-ce ces moments sur la route. William lui avait tenu compagnie pendant un sacré moment sur la route, même s'il racontait beaucoup de conneries, il n'avait pas tant ri depuis... Il était incapable de dire depuis quand, en fait. C'était bizarre, ce sentiment. Parce que ça ne lui était jamais arrivé, encore. Il n'avait jamais eu aucune hésitation à tuer. Parce qu'il aimait ça. Il aimait tuer. Pas qu'il en avait besoin, mais qu'il y avait un côté libérateur à tout ça et qu'il y avait pris goût.

Quand il l'a su, il n'a pas tué William. Il s'est plutôt jeté sur le premier bar du coin et avait bu à s'en détruire le foie et dormir sur le table de billard. Puis sur le trottoir quand le gérant avait fermé son bar. Il s'était réveillé avec la plus grosse gueule de bois du monde le lendemain matin à cause de la pluie d'automne. Il n'avait pas appelé Shana pour lui en parler. Parce qu'il avait honte. Il lui avait confié avoir fait un bout de route avec un homme, qu'il l'appréciait. C'était rare qu'il apprécie quelqu'un. Et Shana l'avait encouragé à continuer, qu'avoir un peu de compagnie lui serait forcément bénéfique. Et voilà qu'au final, il traînait, couchait, tuait, avec un vampire. C'était le karma, une connerie du genre, à tous les coups.

Quand les conneries avec l'apocalypse ont commencés, il a appris ce qu'il se passait par des appels de Shana. Mais il vivait en ermite, il ne comprenait rien à ce qu'il se passait. Il avait renvoyé William, lui avait demandé de partir sans jamais revenir, auquel cas il finirait par le tuer. Il y serait forcé, c'était son travail. Mais William... William n'en n'avait jamais rien eu à faire. "Mais oui, tu me tueras, tout ça, tout ça" et chaque fois qu'Isaiah buvait à s'endormir, il se réveillait dans un lit le lendemain matin. Jusqu'au jour où William en avait eu assez de le voir dans cet état. C'était ridicule, selon lui. Ils s'étaient appréciés, avaient partagés tellement de choses, son état ne changeait rien à tout ça. C'était excessif, comme réaction. Mais Isaiah était excessif, justement. Il n'avait jamais appris à contrôler ses émotions, n'en n'avait jamais trouvé l'intérêt. Il vivait au jour le jour. Carpe diem comme certaines connasses disaient et se tatouaient. Tous des cons. Ouais. Tous des cons. Il en était venu à cette conclusion.

Puis une bagarre avait fini par éclater. Isaiah s'était dit qu'il n'avait plus le choix, qu'il se devait de tuer William. Avant que sa petite voix, cette petite voix à la con à l'intérieur de sa tête, ne tente de le raisonner et de lui dire que William avait raison, qu'ils faisaient un beau duo, une belle équipe malgré le fait qu'il soit un vampire. Ils s'amusaient bien, et si ce n'était que de l'amusement...

Isaiah a véritablement essayé de le tuer. Une fois. Les yeux rouges, les larmes aux yeux. C'était son devoir de le faire, pour lui, pour les autres humains qui subiraient ses crocs. C'était son devoir.

Il ne saurait dire si William avait compris ce qu'il se passait ce soir là, où il avait essayé de le tuer. Retenant ses mains avant qu'il ne tente de rendre justice et accomplisse son devoir. Sûrement le savait-il déjà. Mais cette nuit, il avait échoué à le tuer. Ils avaient aussi passés leur dernière nuit ensemble, ce soir là. Les larmes, les coups, la colère et le pire de tout ; l'amour. Chose qu'il avait essayé de repousser le plus possible, sachant qu'on lui arracherait si tôt qu'il le trouverait, il ne voulait plus connaître ça. C'était trop tard. Cela avait duré toute la nuit. Ils s'étaient aimés jusqu'au levé du soleil. Il l'avait embrassé avec plus de tendresse qu'il ne s'en pensait capable. L'avait serré contre lui, comme il n'avait jamais serré quiconque. Lui avait soufflé ces trois mots qu'il se pensait incapable de dire un jour et le vampire lui avait retourné ces mots. Et le lendemain matin, c'était terminé.

Lui aurait-on arraché le coeur que cela aurait été moins douloureux. Lui aurait-on arraché les ongles à vif, l'aurait-on torturé avec du barbelé, l'aurait-on tranché à vif avec une lame et aurait-on jeté du sel sur ses plaies que cela aurait été plus agréable que ce qu'il avait ressenti à ce moment là.

Il savait que c'était la meilleure chose à faire. Il savait qu'une vie avec lui aurait été impossible, pour tant de raisons qu'il n'était capable d'en énumérer.

Alors pendant toute cette fichue apocalypse, lui, sera resté dans son coin. Regardant les monstres s'accumuler, voyant enfin ces démons dont on parlait tant. Il avait subi, comme les autres. Avait essayé de passer à autre chose, sans jamais y parvenir. Toujours plus de créatures à la con qui sortaient de nul part, de tuyaux. Il recevait parfois des sms, qu'il pensait être de chasseurs qui changeaient de portable, ça arrivait souvent. Il gardait les tuyaux, s'en servait. Il ne servait qu'à ça, finalement. Tuer. C'était la seule chose qu'il savait faire de ses dix doigts, tuer. Alors il tuait. Massacrait. Manquait de mourir, nombreuses fois. Parce qu'il prenait des risques inconsidérés. Il ne répondait plus si souvent à sa soeur, comme il ne l'appelait plus. Inutile qu'elle voit ce qu'il était devenu, un alcoolique sanguinaire qui ne trouvait son compte qu'en tuant, toujours plus. Qui ne se sentait réellement vivant qu'en tuant. En recherchant cette adrénaline, toujours plus.

Parfois, ça lui arrivait de prier. Ses parents étaient juifs mais il n'avait jamais été très à cran sur la religion. Il était vrai que les dieux Nordique l'avaient toujours fascinés, des esprits combatifs, courageux, qui poussaient à la bataille. A rester debout même quand on est déjà à moitié mort. C'était fascinant, comme concept. Mais ça n'expliquait pas pourquoi les anges et les démons venaient les emmerder. Mais pas sûr qu'il ait un jour chercher à comprendre non plus, on lui avait juste dit qu'ils étaient dangereux, qu'il fallait les tuer. Puis il se souvenait de ce que leur parents leur disaient, à lui et Shana. Qu'un ange, un esprit quelconque à la con, veillait sur eux. Il l'avait engueulé, ce putain d'ange. " C'est comme ça que tu veilles sur nous ? " avait-il gueulé au ciel, un soir après avoir trop bu. C'est comme ça que tu veilles sur nous, c'est comme ça qu'on est sensé vivre ? Parce que certes, les jumeaux vivaient, mais dans quel état ? Shana ne parvenait pas à se caser, il ne pouvait même pas espérer pour elle une vie calme avec un mari qui l'aimait, prenait soin d'elle, ni avec des enfants. Lui-même n'en n'aurait sûrement jamais.

C'est le lendemain matin, qu'il recevait l'appel d'un gamin. Enfin, gamin. Il avait 17 ans, Isaiah en avait 34. Pourquoi il l'avait recueilli, il ne sait toujours pas. Le gamin lui faisait pitié, quelque part. Il lui rappelait lui, 17 ans en arrière. Maigrichon, avec juste un baluchon. Ses parents venaient de se faire massacrer à lui aussi et on lui avait filé son numéro. Il s'était occupé du cas, il aurait pu laisser le gamin sur la route, se démerder. Mais il l'avait pris avec lui sur la route.

Le gamin avait juste besoin de protection, besoin de bouger. Une famille massacrée. Isaiah n'était clairement pas le meilleur repère à avoir mais il était le seul que le gamin pouvait espérer avoir. Dans un sens, le gamin l'avait aidé à être plus raisonnable. Limiter ses verres d'alcool ingurgité. Il parlait beaucoup, ce gamin, mais si l'idée de lui demander de fermer sa gueule lui avait souvent traversé l'esprit, il ne s'y était pas encore vraiment risqué. Le gamin était un brin candide, posait des questions cons. Ils se parlaient, quand Isaiah acceptait de répondre, quand il n'était pas dans un trop mauvais jour. Il lui demandait ce qui pouvait le rendre ainsi, le mettre dans cet état pitoyable. L'amour, gamin.

La candeur de ce gamin l'avait fasciné, cette naïveté sur la vie. Pourquoi tu ne vas pas le chercher, si tu l'aimes ? Genre, c'était si facile. T'es con, gamin. Si l'amour était si facile, le monde serait pas autant dans la merde. Pourtant, le gamin lui disait que c'était lui le con, à savoir ce qui pouvait le rendre un peu heureux et pourtant tourner le dos à ça volontairement. Genre, c'était à porter de main. Il est parti, gamin. Et le gamin riait, l'air de dire ; mec, on passe notre temps à pourchasser des créatures et lui, t'arriverais pas à le retrouver ?

Ca l'avait fait soupirer. Pendant que ciel, terre et enfer se faisaient la guerre, voilà que ce crétin lui disait de rechercher un vampire et limite lui passer la bague au doigt. Il espérait au moins ne pas être le seul con de la création à s'éprendre d'un putain de vampire. Et le gamin avait osé lui répondre que statistiquement parlant, il ne pouvait pas être le premier ou le seul. Tu parles trop, gamin.

Finalement, ce gamin est resté avec lui. Sorte d'apprenti, le gamin prendra sans doute sa relève, un jour. Ce gosse avait fini par devenir comme le fils qu'il n'aurait jamais sur la route et à mesure des événements. Quelque part, il l'enviait pour cette innocence et il essayait de le préserver, surtout que ce gamin n'était pas fais pour la chasse, il le sentait et il aurait aimé le préserver de tout ça tout en se disant que le seul moyen de le préserver, c'était lui apprendre à se battre.

Ils auraient pu continuer longtemps ainsi mais Isaiah avait fini par rentrer chez lui, à Winterville. Une pause qu'il souhaitait faire pour se reposer et se mettre en chasse, une chasse toute particulière puisqu'il chercherait son ex. William Collins. Chaque fois qu'il pensait à ce nom c'était comme un poignard dans le coeur mais il devait mettre un fin mot sur cette histoire, le traquer et finir le travail qu'il avait commencé avant qu'il ne s'enfuit. Contre toute attente, le soir-même, c'était William qui l'avait retrouvé et là où il aurait aimé lui en faire voir de toutes les couleurs, les sentiments l'ont poussés à perdre la raison et lui pardonner. Pire, accepter sa demande en fiançailles. Il était encore sous le choc de cette annonce inattendue, un revirement rapide et auquel il n'aurait jamais cru.

☾ ☾ ☾

AND THIS LOVE CAME BACK TO ME
I thought love was only true in fairy tales, meant for someone else but not for me. Love was out to get me, that's the way it seemed. Disappointment haunted all of my dreams. Then I saw his face, now I'm a believer ; not a trace, of doubt in my mind. I'm in love, and I'm a believer I couldn't leave him if I tried.


Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger. ZAvkbJW
Revenir en haut Aller en bas

Isaiah Warren - I'm not in danger. I am the danger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» I am not in danger, I am the danger ft Evil Twins
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» GANDHI caniche abricot 8 ans danger Lille (59) AVANT 31/10
» La démocratie est en danger
» LHASSA APSO 10 MOIS FOURRIERE 62 DANGER EUTHA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil May Care :: On the road so far :: Asylum :: Ils sont en chasse-